Comment calculer la date de son ovulation ?

Que ce soient les spécialistes, les médecins ou les couples avec enfant, lorsqu’on parle fécondité, la question de l’ovulation est toujours abordée. Toutefois, même si le terme est entré dans le jargon populaire, comprendre réellement le principe et le fonctionnement de cette période n’est pas toujours simple. Pourtant, maîtriser le sujet est primordial pour multiplier ses chances de tomber enceinte. Pour ce faire, il faut s’intéresser à ce qui entoure ce moment précis, comme l’utilité de définir la date d’ovulation, ainsi que la méthode de calcul en elle-même et les différentes manières de procéder.

L’ovulation : définition

Pour faire simple, l’ovulation est la période où une femme est la plus féconde. Avoir ne serait-ce qu’une approximation de cette date permettra de déterminer le meilleur moment d’avoir des rapports sexuels pour tomber enceinte.

Pour entrer dans les détails, cette phase est celle où l’ovaire libère un ovule prêt à être fécondé. Cette étape sera précédée de la préparation des ovocytes dont un seul (généralement) sera expulsé vers la trompe de Fallope. Ce dernier devra être fécondé par le spermatozoïde. Dans le cas contraire, il mourra. Puis, l’endomètre ou muqueuse utérine fabriquée pour accueillir l’ovule mature et son hôte est rejeté, ce sont les règles. Pour affiner un peu plus le sujet et mieux savoir calculer sa date d’ovulation, des sites comme parents-heureux.fr peuvent aider.

La compréhension du cycle : est-ce important ?

S’informer sur tout ce qui concerne la parentalité (grossesse, allaitement, éducation, etc.), connaître le corps de la future maman est indispensable. D’ailleurs, calculer son ovulation avec précision est quasi-impossible si le fonctionnement du cycle n’est pas connu.

Donc, premièrement, il faudra déterminer la durée du cycle. La première chose à savoir est que les femmes ne se ressemblent pas toutes. D’ailleurs, c’est la non-maîtrise de ce critère qui fausse souvent les estimations de la période d’ovulation. Aussi, afin de connaître le cycle menstruel, il faudra compter le nombre de jours constituant le cycle en partant du premier jour des menstruations (d’un mois donné) jusqu’au début des prochaines règles. Si pour beaucoup, il dure 28 jours, il est également possible qu’il s’étale sur 30, voire 34 jours. Il peut aussi se restreindre à 21 jours. Il se peut aussi que cette phase ne soit pas définie, dans le cas de cycles irréguliers.

De même que pour les différences de durée du cycle, la période des règles n’est pas universelle. Si pour certaines, elles ne seront que de 3 jours, pour d’autres, les menstruations peuvent aller jusqu’à une semaine. De ce fait, avant même de procéder au calcul de la date d’ovulation, il est impératif de comprendre son corps et son fonctionnement.

Le calcul de période de fécondité : comment ça marche ?

Une fois les paramètres « cycle menstruel » et « durée des règles » connus, il sera possible de réellement se pencher sur comment calculer son cycle d’ovulation. Il faut procéder au cas par cas. Néanmoins, le principe est souvent le même selon que le cycle soit long, normal ou court. Il sera question de soustraire 14 jours à compter de la date des prochaines règles. Ainsi, pour un cycle de 34 jours, l’ovulation se produira le 20ème jour. Pour les cycles de 21 jours, elle sera pour le 7ème jour. Et pour le cycle, dit normal, de 28 jours ; l’ovulation se déroulera le 14ème jour. Pour les cycles irréguliers, le décompte est assez difficile. Et pour pouvoir identifier la phase d’ovulation, le recours à l’expertise d’un médecin ou d’un gynécologue est à envisager.

Mais pour celles dont une approximation est précise, il faut savoir que les rapports sexuels les plus aptes à porter leurs fruits seront ceux effectués 1 jour avant et 4 jours après l’évacuation de l’ovocyte par l’ovaire.

Les techniques de calcul : efficaces ?

Pour savoir à quel moment on est le plus susceptible de tomber enceinte, plusieurs paramètres entrent en jeu ; si ce n’est que pour citer la durée de vie très variable du spermatozoïde ou la « compatibilité » des partenaires. La date d’ovulation est aussi un critère de taille puisqu’elle correspond au moment où l’ovule et tout son environnement sont prêts à être fécondés.

Pour que cette dernière soit connue, le calcul peut se faire par la méthode la plus simple. Ainsi, munie d’un calendrier et d’un stylo, il faudra noter tous les éléments entrant en ligne de compte ; à savoir, la durée du cycle, la durée des règles ainsi que les 5 jours correspondant au moment de la fécondité. Pour faire plus simple, des applications aident de manière conséquente. Il suffira de l’installer et de remplir les champs qui demandent à l’être. Le petit plus de cette méthode est que tous les calculs se feront automatiquement. Attention tout de même à la consulter régulièrement, tout en apportant les modifications qui peuvent se produire au cours du cycle.